Graham Greene

Graham Greene est né le 2 octobre 1904 à Berkhamsted, dans le Hertfordshire, en Angleterre d’un père directeur d’école et d’une mère cousine lointaine du romancier Robert-Louis  Stevenson. L’un de ses frères sera directeur de la B.B.C., l’autre un alpiniste accompli. Il fait ses études supérieures à Oxford, écrit des articles pour le journal de l’université et publie quelques poèmes.

En 1926, Graham Greene se convertit au catholicisme ; il épouse Vivien Dayrell-Browning en 1927. Installé à Londres et journaliste au « Times », il publie son premier roman, The Man Within (L’Homme et Lui-même), en 1929. De 1934 à 1939, il voyage en Allemagne, en Estonie, en Lettonie, au Libéria et au Mexique, tout en assurant la critique littéraire et cinématographique de « The Spectator ».

En août 1941, il entre à l’ « Intelligence Service », est nommé à Freetown (Sierra Leone), retourne à Londres, sert dans le contre-espionnage en Angleterre puis au Portugal. Il quitte (officiellement ?) l’ « Intelligence Service » en mai 1944. En 1945, il est à Vienne qui lui inspire le scénario, écrit avec Carol Reed, du « Troisième Homme ».

Au début des années 1950, il séjourne en Malaisie et en Indochine comme correspondant de guerre de « Life » et de « The New Republic ». L’Indochine lui fournira la matière de son roman « Un Américain Bien Tranquille ».

Graham Greene continuera à voyager et à publier de nombreux romans, des nouvelles et des pièces de théâtre. Il meurt le 3 avril 1991 à Vevey, en Suisse.

Outre les ouvrages déjà cités, Graham Greene est l’auteur de romans très connus comme : Orient Express, Le Rocher de Brighton, La Puissance et la Gloire, Le Ministère de la Peur, L’Agent Secret, Le Fond du Problème, Notre Agent à La Havane, Les Comédiens, etc.


Le 10 février 1951, à 21 heures, à Hanoï , le général Salan, commandant la zone opérationnelle du Tonkin, reçoit Graham Greene à la demande du général de Lattre. L’auteur de « La Puissance et la Gloire » vient  réaliser un reportage sur l’Indochine en guerre. Raoul Salan parle longuement de ce pays à l’écrivain.


Le 19 novembre 1951, peu après le départ définitif d’Indochine du général de Lattre, malade, M. Perrier, directeur de la sûreté informe Raoul Salan que le général de Lattre lui a demandé de prier Graham Greene de quitter l’Indochine en raison de ses activités au sein de l’Intelligence Service. Raoul Salan arrange les choses, autorise Graham Greene à demeurer en Indochine et lui donne toutes facilités  pour circuler en Cochinchine.

13 decembre 1951 - Courrier de Graham Greene à Raoul Salan (cliquez sur l'image pour accéder à la retranscription )


Raoul Salan revoit Graham Greene à Paris le 4 novembre 1956 ; celui-ci l’informe que la France ne pourra sérieusement compter sur le Royaume Uni pour l’affaire de Suez qui se prépare. Raoul Salan en informe aussitôt le général Ely, chef d’état-major général des armées.

Des années après, Dominique Salan, mentionnant Graham Greene dans la conversation, entend son père s’exclamer : « Qu’est-ce qu’il éclusait ! ».