Mark Wayne Clark

Né en 1896 à Madison Barracks, près de Watertown dans l’état de New York, Mark Wayne Clark est diplômé de l’académie militaire de West Point en 1917, ce qui le conduit à servir dans le corps expéditionnaire américain en  France, dans les Vosges, et à participer, à Coblence, à l’occupation de l’Allemagne par les troupes alliées.
Retourné aux Etats-Unis en 1919, il est promu capitaine, y reçoit diverses affectations et suit les enseignements de l’ « Army Command and General Staff School » et de l’ «Army War College ». Après l’entrée en guerre des Etats-Unis en décembre 1941, il est promu général de division et nommé, en 1942, chef d’état-major des forces terrestres de l’armée. Général de corps d’armée commandant la 5e armée, il prépare l’opération « Torch » en rencontrant le général Mast clandestinement sur le sol algérien, débarque avec ses troupes le 8 novembre 1942 au Maroc et en Algérie et négocie la convention franco-américaine du 22 novembre 1942 avec l’amiral Darlan qui sera assassiné peu après. En 1943, il débarque en Sicile, puis à Salerne, avec la 5e armée à laquelle est rattaché le Corps Expéditionnaire Français en Italie sous les ordres du général Juin. Après la prise de Rome le 4 juin 1944, Mark Clark voit se rendre à lui, en avril 1945, les 230.000 combattants allemands d’Italie.
Après la 2e guerre mondiale, il est nommé chef des armées terrestres, puis, à la suite du général Ridgway, commandant en chef des forces de l’O.N.U. en Corée et des forces américaines en Extrême-Orient en 1952-53. A ce titre, il négocie, à regret, l’armistice avec les forces communistes en juillet 1953. Il prend sa retraite en 1953 et assume la présidence (de 1954 à 1965) du collège militaire de « Citadel » à Charleston (Caroline du Sud) et celle de la commission des monuments commémoratifs de batailles américaines. Auteur de « Calculated risk » (1950) et de « From the Danube to the Yalu » (1954), le général Clark est mort en 1984.

Le 19 mars 1953, Raoul Salan, commandant en chef des forces françaises en Indochine, accueille le général Clark à la base aérienne de Tan Son Nut. C’est la première fois que les deux hommes se rencontrent. Mark Clark restera en Indochine jusqu’au 23 mars et aura plusieurs entretiens avec Raoul Salan qui lui expose longuement  la situation, lui fait rencontrer les états-majors vietnamiens, visiter les écoles, lui présente ses projets d’opération au Laos et lui fait part de ses besoins en matériels (principalement) aériens. Le général Clark lui confirme que leurs combats sont communs et qu’il va intervenir en sa faveur à Washington, intervention qui se concrétisera en avril 1953 par la mise à disposition de six appareils de transport de grosse capacité C119 « Packett ». A chacune de ses missions en France, après 1968, il ne manquera jamais de rencontrer le général Salan

Courrier adressé à Raoul Salan / Nomination à la présidence (de 1954 à 1965) du collège militaire de « Citadel » à Charleston (Caroline du Sud) et celle de la commission des monuments commémoratifs de batailles américaines.