Epilogue (1968-1984)


De 1970 à 1974, publie ses mémoires couvrant la période 1918-1960 sous le titre : « Fin d’un Empire »

1975 - Manuscrit des premières pages du tome V (non achevé) des mémoires de Raoul Salan


En 1975, publie « Indochine Rouge, le message d’Hô Chi Minh »


Raoul Salan
Indochine rouge
Le message d’Hô Chi Minh
Presses de la Cité

Dans ce document d’une qualité incontestable, Raoul Salan tente de nous faire partager sa grande expérience des pays d’extrême Orient et de nous donner une explication vraie des évènements inquiétants qui viennent de s’y dérouler.
En Indochine de 1924 à 1937, il fut successivement chef de poste dans le haut Tonkin, délégué administratif à Muong Sing dans le haut Laos, chef de la province du Haut Mékong à Ban Houei Sai, puis délégué à Dinh Lap, à la frontière des provinces chinoises du Kouang Si et du Kuang Toung.
En 1945 et 1946, à Hanoi, il devint l’ami d’Hô Chi Minh, le familier de Dong et de Giap avec lesquels il eut de longues conversations. Adjoint de Leclerc, il alla en Chine pour obtenir le retrait des troupes chinoises du Tonkin puis, lors de la conférence de Fontainebleau accompagna Hô Chi Minh à Paris.
Revenu au Tonkin, il conduisit les opérations en 1947 et 1948, devint l’adjoint de De Lattre en 1950 , puis commissaire de la république au Tonkin et en Cochinchine et commandant en chef en 1952 et 1953.
Envoyé en mission à Saigon au cours de l’année 1954, il désapprouve les accords de Genève du mois de juillet et rentre en France après avoir libéré nos prisonniers des camps de la mort.
Tout au long de ces années, il n’a cessé d’étudier le communisme indochinois, rassemblant des centaines de documents sur sa pensée, sa forme, ses méthodes, ses idéaux.
Breveté de laotien et de siamois, il a vécu de longues années au Laos, aux confins de la Birmanie et de la Thaïlande, pays menacé de glisser à leur tour dans l’orbite soviétique cependant que Sihanouk, que Raoul Salan connaît bien, donne le Cambodge aux Khmers rouges.
C’est un monde de 50 millions d’habitants qui a fait son « unité » dans le communisme…Déjà l’URSS jette les yeux vers la baie de Cam Ranh dont les USA ont fait la plus grande base d’Extrême Orient.
Et tandis que le Monde libre ne cesse de discuter stérilement sur la construction d’une hypothétique Europe, le communisme étend de jours en jours sa domination et gagne à la partie…
 « Prenons garde ! », dit Raoul Salan.


En 1982, à la suite de l’amnistie votée par le Parlement, est réintégré dans ses prérogatives de général d’armée et de Grand Croix de la légion d’honneur .

Malade depuis le 10 mai 1984, il s’éteint le 3 juillet 1984 à l’hôpital du Val-de-Grâce. Il repose au cimetière de Vichy.

"France Soir", mardi 3 juillet 1984

Plaque apposée par le conseil municipal de la ville de Blotzheim sur la tombe de Raoul Salan à Vichy


Retour au sommaire  Biographie

Retour Page d'accueil